Les outils de communication pour faconner sa vie

La P.N.L, outil de communication et d’évolution personnelle

La semaine passée, je vous ai proposé les paramètres de base nécessaires à une bonne compréhension des principaux canaux de communication utilisés par chacun d’entre nous. Aujourd’hui, détaillons les divers points à observer chez notre interlocuteur, pour mieux adapter notre langage.

A) Pour le visuel : (Système de codification basé sur les images.)

Son comportement :

– Il utilise des termes descriptifs, colorés, imagés

– Beau panorama-Ciel bleu, Temps gris-Il y a longtemps que -Non, mais, tu imagines…-Tu ne sais pas assortir les couleurs-Il faudrait prendre une photo-Il m’a brossé un tableau noir de la situation…

– Il utilise des expressions au futur pour décrire son projet ( énergie tournée vers l’avenir ) Pour lui, le présent est une contrainte.

– Il conserve toutes les informations qui peuvent lui servir un jour. Il ne les lit pas, mais il sait qu’elles sont là.

– Il parle avec des phrases locomotive de type : « Je me vois déjà en train de … » ( Il se met en scène ) Il a besoin d’espace, de luminosité, de perspective, dans son univers de travail, ou à la maison.

– Il passe du coq à l’âne.Façonner sa vie en réfléchissant

– Il a une expression rapide ( 190/200 mots minute )

– Il a besoin de saturation intellectuelle ( regarde la TV et lit en même temps). Il est le + créatif sous pression.

– C’est un indépendant qui se trouve bien dans
des petites structures. En management, il
fonctionne facilement en structure pyramidale, dont il se réserve le rôle du chef génial. Sourire

– Son coté rebelle lui fait rejeter les procédures et les standards.

Comment s’adapter au visuel :

– Garder ses distances physiques, éviter de le regarder dans les yeux, cela le déconcentre, faire des gestes, parler aussi vite que lui, utiliser le RV téléphonique + que le RV physique, justifier les demandes liées à une procédure en en présentant les avantages, non les obligations, compenser son coté non structuré par une organisation personnelle très rigoureuse, mais non ressentie par lui.

B) Pour le kinesthésique : (Système de codification basé sur les sensations.)

Son comportement :

– Il utilise des termes concrets, fait appel au registre des sensations

Il faut que je prenne contact avec lui. Il s’agite beaucoup. Je ne peux pas tenir en place. Il est ferme sur ses positions. J’aime marcher à travers la campagne. Le courant passe. Les affaires marchent. Il faut poser le problème. Tout bien pesé… Avoir les pieds sur terre…

– Son langage est ponctué de verbes actifs (bouger, toucher, construire).

– Il utilise des noms propres pour décrire une expérience vécue avec autrui.

– Il invente parfois des mots, des onomatopées se rapprochant de sa sensation.

– Quand il pénètre dans une pièce, il en ressent l’atmosphère, il est sensible à l’ambiance, au climat. Il a besoin de s’imprégner du contexte.

– C’est un épidermique utilisant en priorité son cerveau droit. Si son intelligence est comme celle d’un visuel synthétique, sa réactivité est plus longue car il lui faut « digérer » les informations qui lui parviennent.

– Le monde des sensations est plus difficile à décrire que celui des images. Il cherche les mots qui correspondent le plus à ce qu’il ressent.

– Il prend son temps et parle à 120 / 130 mots minute. Il invente des mots, utilise des onomatopées.

– Le meilleur mode de communication, pour lui, est le toucher. Il cherche le regard d’autrui, se rapproche de son interlocuteur, touche le bras, met la main sur l’épaule, cherche le contact, et parfois l’affrontement. Par défaut de contacts avec autrui, il aura tendance à se frotter les mains.

– Il est sensible au monde physique. Il aime l’effort, les situations à sensations.

– Il devient facilement collectionneur, car l’objet prolonge la sensation chez lui.

– Il apprécie les autres en fonction de l’intensité de la relation qui s’établit avec eux.

– C’est un homme du quotidien, c’est le concret qui l’intéresse.

– L’important pour lui est la qualité de vie, d’être bien dans sa peau.

Comment s’adapter au kinesthésique :

– Etre très à l’écoute, parler lentement, développer une relation de sympathie avec lui, trouver des points communs, des zones de complicité, lui présenter très vite tous ceux qui vont être en relation avec lui, l’éduquer à respecter certaines procédures, ne jamais le laisser trop longtemps sans prendre de ses nouvelles, le prévenir de tout changement, et non le mettre au pied du mur, éviter les conflits ( il ne se raisonne pas, il se séduit), faire appel à ses bons sentiments, se rappeler les évènements importants pour lui et se manifester, personnaliser les envois administratifs par des mots manuscrits.

C) Pour l’auditif : (Sa dominante est le dialogue intérieur.)

Son comportement :

– Il fait appel à l’évidence, il fait une démonstration. – Utilise l’impératif.

Tout ce qu’il dit m’assourdit. J’aime entendre parler de … J’ai le souvenir de sa voix. Ses paroles sonnent faux. Je préfère la musique à la peinture. Je crois que je suis dans le ton. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement. Je vais lui faire entendre raison. Je me suis fait le raisonnement suivant.  Ca me parait, j’entends bien, je me dis que …

– Il a une expression lente, posée. Il utilise d’une manière privilégiée son cerveau gauche.

– Son intelligence est analytique et déductive.

– Il réagit en fonction de règles. C’est un homme de principes.

– Il a une vision idéale de sa raison d’être, s’est fixé un objectif, et va s’organiser pour l’atteindre. Il réagit en fonction de ce qu’il doit faire pour être en harmonie avec lui-même.

– Il est obligé de se parler à lui-même pour réfléchir (je me demande si…)

– Son discours est structuré, il énonce les termes en citant, premièrement, deuxièmement…Façonner sa vie en remerciant

– Chaque décision est un élément du puzzle et doit s ‘accorder parfaitement avec ceux déjà en place.
Il enchaine logiquement les éléments de sa vie pour arriver à l’harmonie totale.

– Il prévoit sa carrière, sélectionne ses amis, se donne des priorités, se fixe des échéances.

– Il saura se contraindre et se sacrifier pour atteindre ses objectifs.

– Il a le sens des défis, de la compétition, qui sont des moyens pour s’évaluer.

– Pour lui, la forme vaut le fond.

– Il a des mouvements angulaires, raides ,mesurés.

– Il reste éloigné de son interlocuteur et tend rarement la main.

– Il note tout d’une manière très structurée.

– Il n’appelle que pour des raisons précises, donc importantes pour lui.

Comment s’adapter à l’auditif :

– Eviter le comportement de séduction ou de complicité, vendre la structure et non l’individu, fixer une durée à l’entretien et la respecter, rester professionnel, objectif, structurer son discours, noter tout et lui rappeler précisément ses propres termes, anticiper ses attentes, parler peu et lentement, utiliser la technique du silence, reformuler et confirmer tout par écrit, tout faire pour lui faire gagner du temps, être ponctuel, respecter ses engagements…

Ces éléments nous servent à déterminer les systèmes de codification interne de nos interlocuteurs pour mieux trouver l’adéquation PERSONNALITE / DISCOURS A TENIR.

Ils vont nous aider à trouver les mots les mieux adaptés à la compréhension de notre interlocuteur.

Si vous les utilisez comme paramètres de base pour mieux appréhender votre interlocuteur, vous allez constater rapidement des progrès dans votre communication, et des échanges beaucoup constructifs.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager.

Je vous souhaite une belle semaine pleine de bonheurs et de partage.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *