Qu’est-ce que c’est, le benchmarking ?

C’est un terme à la mode.
Benchmark signifie référence, repère. Mais comment en faire un outil efficace pour son entreprise ?
Comment utiliser cet outil pour accompagner le développement de son entreprise, quand les idées nous manquent ?

Les deux principes de base :

– Prendre des repères :

Le Benchmarking prône l’ouverture sur l’extérieur à travers la recherche de points de comparaison (« Qui, et dans quel domaine, fait mieux que moi ? En d’autres termes, qui développe une entreprise similaire avec succès ?»)

Cette pratique est vieille comme le monde. Elle est inscrite au plus profond de la culture asiatique, ce qui les faisait autrefois traiter de « copieurs », jusqu’à ce que chacun constate que les leçons portaient leurs fruits et qu’ils dépassaient leurs modèles de référence dans bien des domaines.

On est tous en contact avec des entreprises qui nous paraissent réussir mieux que la notre. Comme on reste à l’écoute et attentif au marché, on se doit d’observer ces entreprises …

– La loi des meilleurs :

Il s’agit de trouver chez les autres les méthodes et outils qui ont fait la preuve de leur efficacité, puis de se les approprier afin d’améliorer ses résultats et de résoudre ses problèmes au plus vite.

Il n’est, évidemment, pas question de se laisser fasciner par une méthode, uniquement parce qu’elle est à la mode ou qu’elle est utilisée par une entreprise prospère. Les concepts les plus performants ont aussi leurs faiblesses. Les copier entièrement reviendrait à vous emparer du meilleur, mais aussi du pire.

L’objectif est de découvrir de quelle manière telle ou telle entreprise obtient des résultats tangibles, et ce, dans un domaine bien précis que vous cherchez justement à améliorer  chez vous.

Comment procéder ? Je vous propose un test sur votre mode de fonctionnement :

Notez le numéro de la question, puis répondez par oui ou par non.

  1. Lorsque vous êtes à l’extérieur, recueillez-vous de la documentation, des brochures ?
  2. Testez-vous le comportement de vos interlocuteurs ? (accueil, qualité de la conversation, sourire, prise de congés …).
  3. Partagez-vous régulièrement vos idées avec des personnes d’expériences ?
  4. Vous tenez-vous informé des méthodes pouvant vous permettre de vous améliorer ?
  5. Confrontez-vous vos méthodes avec celles des autres ?
  6. Lisez-vous régulièrement des ouvrages sur le management expliquant le succès des personnes et des équipes les plus performantes ?
  7. Enquêtez-vous auprès de vos amis pour savoir ce qu’ils apprécient le plus et le moins chez vous ?
  8. Pensez-vous à analyser la démarche et la motivation des gens qui vous abordent ?
  9. Cherchez-vous systématiquement à comprendre vos échecs afin de trouver comment vous améliorer ?

Résultat du test :

Si vous avez moins de 4 oui, Essayez de vous ouvrir davantage aux pratiques de vos partenaires. Servez-vous au besoin des questions de ce test comme check List.

De 4 à 8 oui, vous êtes de ceux qui mettez déjà le Benchmarking à profit. Mais vous avez encore des progrès à faire… N’est-ce pas là d’ailleurs votre objectif ?

Plus de 8 oui, vous êtes un expert et l’étude suivante ne manquera pas de vous conforter dans vos méthodes.

– Observer les méthodes bien les comprendre et les transposer :

Le benchmarking au sein de votre entreprise, de votre vie :

Tâchez de découvrir qui, parmi vos collaborateurs, passe pour être le plus performant dans sa spécialité : fidélisation, organisation du travail, culture des relations sociétales … Observez ses méthodes ; efforcez-vous de les comprendre – au besoin, demandez-lui des explications – pour mieux les transposer ensuite dans votre propre organisation.

Avantages :
o Les idées sont à portée de main.
o Elles sont aisément transposables.

Limites :
o Le champ d’investigation est réduit.
o Vous restez enfermé dans votre branche d’activité (avec ses méthodes traditionnelles de travail).

Chez les autres :

Restez à l’écoute des conversations, des “succès stories”. Rencontrez des personnes ayant du succès. Mais efforcez-vous surtout de savoir comment elles y sont parvenues !

Avantages :
o Les idées sont en principe facilement transposables.
o Vous évitez de pêcher par orgueil en cultivant l’ouverture d’esprit.
o Il n’est pas toujours nécessaire de « réinventer la roue ».

Limites :
o Copier les autres n’est pas le meilleur moyen de vous différencier…
o Vous hausser au niveau des autres ne signifie pas les surpasser, cela ne peut que venir en complément de votre savoir-faire.

– Prenons un exemple :

Une société distribuant du petit matériel aux hôtels et aux restaurants constate que son métier comporte un bon nombre de similitudes avec un fournisseur de petit matériel de bureau, tant du point de vue de l’offre (près de 10.000 références), que du type d’achat (accessoire mais indispensable), de la concurrence (le commerce de détail) ou de la fréquence de réassortiment. Or si l’une excelle dans la gestion des comptes clients, l’autre démontre une grande capacité à mobiliser les vendeurs sur des opérations ponctuelles… La suite se devine sans peine !

Avantages :
o Le réservoir d’idées et de méthodes est illimité.
o Le partenaire communique volontiers son expérience.
o La remise en question et l’adaptation – facteur clés du succès- sont favorisées par la différence du partenaire.

Limites :
o Il est difficile de découvrir le modèle d’entreprise dont les méthodes sont facilement transposables : le champ est vaste !

Ainsi, d’un point de vue personnel, on pourra apprendre de personnes totalement différentes, des trucs, méthodes et astuces qui permettront de franchir certaines barrières que l’on pensait infranchissables.

Les idées de projet doivent être : Réelles, claires, significatives des progrès désirés, liées à votre quotidien.

Partagez vos idées et envies avec des personnes de confiance venant d’horizons différents. Et écoutez leur avis. C’est comme cela que développerez des changements constructifs.