Faconner ses changements sur 5 niveaux (1/5)

Bonjour,

Après avoir traité des outils de développement de la pensée avec pour objectif  la réalisation de son projet de changement de vie, j’ai pensé judicieux de vous parler des différents niveaux de changements sur lesquels vous pouvez opérer.

Il est bien entendu que, lorsque l’on parle de « changement de vie », on parle de réaliser un projet qui vous tient à cœur. Comme arrêter de fumer, perdre du poids, passer plus de temps en famille ou pour soi, ou encore développer un projet d’entreprise, travailler pour avoir une promotion, etc. …

Ils sont au nombre de 5 et se présentent de manière logique dans leur chronologie de traitement. Bien sur, je ne vous énonce pas une vérité universelle, je ne fais que partager  mes expériences personnelles “réussies”.

Les 5 niveaux de changement:

En effet, à chaque changement de vie que j’ai opéré, j’ai commencé par :
Changer mon environnement, ce qui, de manière induite m’a amené à
Changer mon comportement, qui m’a permis de
Développer mes capacités, qui elles mêmes ont
Modifié mes valeurs, ce qui, au final, a fini par
Agir sur mon identité dans le domaine de vie que je souhaitais changer.

Je vous propose de  développer et étudier chacune de ces modifications dans cet article et les suivants.Decider pour faconner sa vie

 Changer son environnement :
-Le constat-

 Après avoir pris la décision de changer de vie (cela m’est arrivé plusieurs fois au cours de ma carrière), j’ai constaté que cette prise de décision émanait d’un sentiment de mal être dans mon environnement quotidien, mes relations avec les autres, l’idée que j’avais de moi et de la vie que je menais.
Ce mal être n’est pas arrivé d’un coup, mais il s’est insinué, petit à petit dans mon esprit et dans mon cœur, sans que j’y prenne garde, suscitant des comportements que je ne désirais pas toujours (mauvaise humeur chronique, irascibilité, ras le bol général, communication altérée et non congruente…)
Mais une fois que le déclic a eu lieu, j’ai décidé d’établir un constat de la situation et de l’environnement général qui était le mien.
Bien sur, ce constat ne s’est pas imposé à moi tout de suite. Il m’a fallu observer mon lieu de vie, écouter mes proches et poser des questions pour leur faire préciser leurs remarques et conseils, et connaitre leurs motivations à partager cet environnement avec moi (la maison pour la famille, le bureau pour les collègues, les loisirs pour les copains …).
J’ai souvent été soupçonné d’instabilité dans ma démarche. Moi-même, d’ailleurs, qui me considère plutôt comme quelqu’un de cartésien, j’ai eu des doutes et me suis demandé ce qui m’arrivait.
Mais j’ai continué à me poser des questions et à partager mes doutes avec mes proches.
Que d’émotions générées !!! …
A chaque question posée, je mesurais l’évolution de ma pensée, et j’y voyais de plus en plus clair dans mon projet.
Si je ne déterminais pas toujours ce que je voulais, je décidais clairement de ce que je ne voulais plus !
J’ai ainsi pu déterminer ce qu’il me fallait changer dans mon environnement pour amorcer ce changement de vie dont le désir se faisait de plus en plus pressant dans mon esprit et dans mon cœur.

 -Façonner les changements-

Fort des éléments constatés, j’ai dressé la liste de ce qu’il était nécessaire de changer dans mon environnement, et de ce que je souhaitais réellement changer (ce n’est pas tout à fait pareil. On peut estimer nécessaire de changer quelque chose, mais ne pas souhaiter le faire. Il faut donc trouver l’outil qui permettra de modifier cet état d’esprit, car les choses ne changent que si l’on veut réellement qu’elles changent).

Faconner sa vie a tout age differemment

Après avoir laissé mon “rêveur”
s’exprimer, j’ai mis mon “réaliste” en
action pour qu’il me propose des process
et méthodes afin de réaliser
ces changements dans les
domaines suivants :
– Mon environnement physique et
matériel (à la maison, au travail,
mes loisirs),
– Mon environnement relationnel (mes copains ou supposés amis, ma famille, les rencontres d’une fois, les gens dans la rue),
– Mon environnement culturel (mes lectures, mes centres d’intérêts, mes sorties cinéma ou autres),
– Mon environnement spirituel (mes pensées et préoccupations, mes croyances, mon développement personnel, mes objectifs de vie).

Il m’a fallu plusieurs mois avant de trouver les réponses à toutes ces questions. Surtout que chaque solution proposée par mon “réaliste” était scannée, analysée et argumentée ou contre argumentée par mon “critique” (voir l’article de la semaine passée). Mais tout vient à point à qui sait attendre … Et un jour, je me suis senti prêt à commencer à m’inscrire dans ce changement.

 -Action / Réactions-

Evidemment, cela ne s’est pas fait d’un claquement de doigts, mais par de petites actions au quotidien, selon une liste agréée conjointement par mon “rêveur”, mon “réaliste”, et mon “critique”. Cela a pris des mois.

Et c’est ainsi que j’ai commencé à débarrasser ma maison et mon bureau de plein d’objets inutiles (bibelots, vieux dossiers devenus inutiles, etc. …), renouveler des cadres et gravures… Bref ! Faire du vide et ne plus trainer certains souvenirs négatifs comme des boulets. Faire en sorte que je retrouve du plaisir à vivre dans ces lieux afin de générer de la joie de vivre et de la bonne humeur. Sortir de ce monde qui s’est construit autour de moi depuis des années, presque “à l’insu de moi-même” Sourire.

Faconner la joie au travail

J’ai aussi fait le ménage dans mes relations. J’ai cessé de voir les gens qui ne me fréquentaient que par intérêt. J’ai sélectionné soigneusement les personnes avec qui j’avais des conversations sérieuses et intimes. J’ai commencé à offrir un visage souriant aux personnes que je croisais dans la rue. En un mot, j’ai assaini mon environnement relationnel, ce qui m’a permis de mieux me consacrer à mes proches et de prendre du temps pour moi, mais aussi d’être perçu différemment.

J’ai changé mes lectures. Ou plutôt, devrais-je dire, j’ai recommencé à lire. Des livres qui m’apportent des pensées positives, ou bien qui me permettent de me plonger dans l’histoire. Des livres qui complètent mon instruction, quoi ! Des livres que je peux partager avec des proches, qui nous permettent d’échanger des idées nouvelles, donc de construire un état d’esprit plus en adéquation avec qui on veut être.

Toutes ces lectures m’ont aidé à amorcer un développement personnel plus centré sur mes aspirations, sur la nature, sur mon projet de vie et mes croyances.

L’important est de créer l’environnement dans lequel vous vous sentez capable et motivé pour réaliser votre projet.

Et vous, avez-vous déjà amorcé ce changement dans votre environnement ? Où en êtes-vous de cette idée de changement de vie ? Avez-vous commencé à la transformer en projet?

La semaine prochaine, je vous parlerai de ce qui s’est passé par induction, dans ces  changement après / en même temps que celui-ci.

N’hésitez pas à partager cet article, si vous pensez qu’il peut intéresser des proches, et surtout racontez-moi comment cela se passe pour vous en me laissant un commentaire.

Je vous souhaite une belle semaine, pleine de bonheurs et de partage.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *